Pierre-Édouard Wagner :

 

LE NOUVEL URBANISME À METZ

 

PEW

Pierre-Édouard Wagner

(photo Philippe Hoch)

Premier plan de Metz à grande échelle, le plan dit de Belle-Isle représente sur près de 16 m2 (365 x 424 cm), à l’échelle de 1 :430e environ, la presque totalité de la ville intra-muros. Il faut vraisemblablement l’identifier avec le « plan général des rues de la ville de Metz » commandé par le comte de Belle-Isle au bureau des finances en novembre 1736. Achevé en une vingtaine de mois, il donne l’état de la ville en 1737-38. S’il porte déjà la marque des changements opérés depuis 1727 (casernes), il constitue l’ultime et précieuse représentation de la ville médiévale et moderne avant l’impact des grands travaux qui, au milieu du XVIIIe siècle, feront quasiment disparaître un paysage urbain vieux de plus de cinq siècles.

quartier juif

Plan dit de Belle-Isle, détail du quartier juif de Metz

(Bibliothèques-Médiathèques de Metz)

S’agissant d’un plan d’alignement, il fait connaître le nom de tous les propriétaires de la vieille ville susceptibles d’être concernés par les opérations d’élargissement, de nivellement, de démolition que le gouverneur compte entreprendre. On comprend mieux alors qu’il manque à ce plan l’extrémité de la citadelle, laquelle reste en dehors des préoccupations urbanistiques du gouverneur et le Fort Moselle qui est un quartier neuf en cours de construction.

La lecture de ce plan ne peut qu’être enrichie par les multiples renseignements que nous fait connaître, au jour le jour, les annales du notaire Baltus, l’un des échevins de la ville sur les grands travaux qui bouleversent Metz.

Pierre-Édouard Wagner est conservateur en chef du patrimoine aux bibliothèques-médiathèques de Metz