Philippe Masson :

 

TOUL AU TEMPS DE BELLE-ISLE


Philippe_Masson

Philippe Masson (à gauche) et Alphonse Schneider, président de séance

(photo Philippe Hoch)


La relation entre Belle-Isle, la Lorraine et les Trois-Évêchés débute au crépuscule du premier tiers du siècle des Lumières lorsqu’il devient, en 1727, lieutenant du commandant en chef dans les Trois-Évêchés. Malgré diverses interruptions, elle durera près de trente-cinq années. Le futur gouverneur trouve à son arrivée une cité touloise en pleine mutation urbaine. Le traité de Ryswick de1698 a obligé Vauban à remodeler considérablement la frontière est du royaume, faisant de Toul une place forte de troisième ligne. La vieille capitale épiscopale voit son aspect médiéval bouleversé, mais l’importance stratégique relative de la place fait traîner les travaux.

Masson_Toul

Toul au temps de Belle-Isle

Aussi, l’arrivée de Belle-Isle dans l’espace lorrain coïncide-t-elle avec un chantier toulois encore en mutation. Au-delà de l’étude urbaine et sociale de Toul dans le second tiers du XVIIIe siècle, il s’agira de mettre en lumière les relations conjointes entre le haut fonctionnaire et l’institution municipale.

Philippe Masson est chargé d'études en ingénierie historique et patrimoniale, ainsi que chercheur associé au Service Régional de l’Inventaire de Lorraine.