AfficheSar-Lor-Lux

 

Le Service départemental d'Archives de la Moselle, siège de la SHAL, présente une exposition de cartes anciennes et modernes provenant d'une collection particulière d'un intérêt exceptionnel. À découvrir jusqu'au 27 décembre 2011.

Vues sur la Lorraine : 

cinq siècles de cartographie en Sar/Lor/Lux

 Une opération transfrontalière

Présentée au Service départemental d’archives du 2 novembre au 27 décembre 2011, cette exposition est le fruit d’une collaboration particulièrement réussie avec le Land de la Sarre. On peut dire que d’une proposition inattendue de nos voisins et amis allemands est né un exemple de coopération transfrontalière entre services homologues.

Cette exposition est en effet une adaptation d’une exposition montée par nos homologues allemands du Landesarchiv Saarbrücken en novembre 2010 à Dillingen. Elle a circulé en Sarre et en Palatinat et elle sera à Luxembourg, en version allemande originale également, à partir de janvier 2012. L’étape lorraine et française est importante, en ce sens qu’elle prouve que ces objets particuliers que sont les cartes s’accommodent bien de changements de langue pour les commentaires.

Le propos de l’exposition

À l’origine du projet du Landesarchiv Saarbrücken est le don par un collectionneur passionné, Fritz Hellwig, ancien député au Bundestag, ancien administration européen, né en 1912, d’une collection de plusieurs centaines de pièces constituée pendant 70 ans. La plupart des cartes présentées en Allemagne concernait la Lorraine. Le choix n’a donc pas été difficile de retenir les cartes lorraines et sarroises pour intéresser particulièrement le public mosellan.

Les documents présentés ont été éditées de 1513 à 1919 : durant ces quatre siècles, les méthodes du cartographe et les connaissances scientifiques ont tellement évolué que des explications complémentaires s’imposaient. Les cartes sont donc accompagnées de frises chronologiques pour fournir au visiteur une idée de l’évolution de la cartographie, mais aussi des changements de frontières dans l’espace lorrain de Louis XIV, quand la Sarre était une province française (chef-lieu Sarrelouis), à Napoléon, quand la Sarre était un département (chef-lieu Trèves).

Le choix d’une époque

La cartographie est une invention des hommes de la Renaissance. C’est vers 1505-1520 que Martin Waldseemuller, Déodatien d’adoption et employé par le duc de Lorraine, publie une carte du monde avec pour la première fois la mention « America », en même temps qu’il nous laisse la plus ancienne carte de la Lorraine et du Westrich, région mystérieuse qui recouvre en gros la Sarre et la Moselle du Nord. C’est la première carte de notre parcours. Elle dérange parce que le nord n’est pas en haut de la carte, mais le visiteur s’habituera à ces bizarreries répétées en visitant toute l’exposition.

La dernière carte retenue (1919) l’a été pour marquer clairement la fin d’une époque : la cartographie peut n’être plus que scientifique, elle est moins ouvertement politique et elle est moins artistique. Et, clin d’œil chauvin, comme sous Louis XIV, les Français cartographient la Sarre et le Palatinat parce qu’ils l’occupent de nouveau. L’évolution du rendu du travail du cartographe est illustrée par la présentation de la même région frontalière entre Sarre et Lorraine tels les hommes de l’art de la Renaissance jusqu’au XIXe siècle. Car la Moselle et la Sarre n’ont pas eu les mêmes frontières au long des siècles.

Une scénographie simple et adaptée au grand public

Panneaux didactiques et frises chronologiques permettent au visiteur une compréhension rapide et organisée des méthodes utilisées par les cartographes du XVIe au XXe siècle. Une rose des vents guide les visiteurs. Le choix a été fait de rappeler aux visiteurs que la notion d’échelle et sa matérialisation sur des réglettes a été compliquée par l’absence d’unité de mesure de longueur. Mais aussi que les notions de longitude et de latitude, si importantes pour les marins, ont fini par s’imposer aux cartographes de la terre ferme. Et enfin, un sort particulier a été fait aux cartouches, ces éléments décoratifs qui mettent les titres, les légendes et les échelles en valeur, avec assez souvent des arrière-pensées politiques, sinon on n’y verrait pas autant de fleur de lis de France et d’alérions de Lorraine.

Un prolongement de cette exposition, avec des fac-similés des cartes originales, sera présenté après le départ des originaux pour Luxembourg, dans ce même hall jusqu’à la fin de février. Il permettra ainsi l’exploitation pédagogique de ce travail pour les scolaires grâce à l’intervention des enseignantes du service éducatif des archives départementales.

Un catalogue en langue allemande, visible à l’accueil, est disponible sur commande aux archives du Land de la Sarre.