Cahiers_Pays_Thionvillois

Le numéro 16 des Cahiers du Pays Thionvillois, publication de la section de Thionville de la SHAL, vient de sortir des presses.

Dans son éditorial, le président de la section, Gérard Klopp, rend compte des activités mises en oeuvre par le groupe qu'il anime, rappelant, en particulier, les Journées d'études mosellanes qui se sont tenues à la villa romaine de Borg, dans la Sarre toute proche, les sorties patrimoniales effectuées au Luxembourg et en Allemagne ou encore les visites d'expositions.

«Assurer la relève»

Par-delà de telles manifestations proposées aux adhérents, la SHAL de Thionville entend bien susciter l'intérêt des jeunes générations pour l'histoire régionale et le patrimoine local, par «un projet pédagogique en liaison avec les services académiques de l'éducation nationale à Thionville qui concerne les enseignants des écoles primaires et cela en liaison avec les services de l'éducation de la ville». L'enjeu de tels partenariats ne doit pas être sous-estimé. En effet, souligne Gérard Klopp, «éveiller la curiosité des jeunes, c'est sans doute aussi le meilleur espoir de trouver une relève ou de futurs membres de la SHAL et sensibiliser un certain nombre à l'histoire si riche de notre région».

Au sommaire

Au sommaire de ce 16e numéro des Cahiers du Pays Thionvillois figurent quatre substantiels articles. Le premier, sous la plume de Patrice Schaff, ancien président de l'Amicale philatélique thionvilloise, étudie «Les unités militaires à Thionville de 1914 à 1918», à travers les cachets et autres marques postales. René Peltier, pour sa part, se penche sur «Chapuis de Tourville (1740-1809) et son temps». Il s'agit du seul général natif d'Hettange-Grande. Le troisième article, proposé par l'association de ses «Amis», porte sur «Jean Vincent Scheil (1858-1940)», savant orientaliste originaire de Koenigsmacker, auquel on doit le déchiffrage, en 1902, du célèbre Code d'Hammourabi. Enfin, Norbert Sins revient sur la canonisation, le 3 juin dernier, par le pape Benoît XVI de Marie-Eugénie Brou, née à Metz et dont les parents occupaient «le fastueux château de Preisch (arrondissement de Thionville) construit au début du XVIIe siècle».