Entamée le 17 octobre, l'édition 2008 des traditionnelles Journées d'études mosellanes de la SHAL, qui coïncidaient cette année avec le 120e anniversaire de la création de la Société, se sont poursuivies le lendemain, sous la houlette du Dr Christian Jouffroy, vice-président de l'Académie nationale de Metz.

cj

Au travers de deux communications très riches, un intéressant éclairage fut porté sur «bibliothèques et archives sous l'administration allemande», présentées sous l'angle de leur développement, mais aussi sous celui de la «vie quotidienne» de ces établissements, des personnels et des lecteurs qui les faisaient vivre.

Le rôle des archivistes

Line_Skorka

Depuis les origines de la SHAL, créée sous le nom de Gesellschaft für lothringische Geschichte und Altertumskunde en 1888,  les archivistes ont joué un rôle de premier plan dans son animation - et il en est encore ainsi aujourd'hui. Car les archives entretiennent avec l'histoire, en particulier régionale, un lien extrêmement étroit et les responsables de ces services s'impliquent de façon naturelle dans le fonctionnement de telles sociétés savantes et, plus largement, dans la vie intellectuelle et culturelle.

Dans son intervention, Line Skorka, qui fut jusqu'à une date toute récente directrice des Archives départementales de la Moselle, mit en évidence l'action - beaucoup plus positive qu'on a pu le dire - des archivistes de la période allemande, dans le domaine des trois «C» de l'archivistique : la collecte des fonds, leur conservation et leur communication aux chercheurs, ainsi que leur mise en valeur par l'établissement des instruments de recherche et les publications scientifiques suscitées par ces érudits ou rédigées par leurs soins.

Des collections de références

Quant à la bibliothèque municipale de Metz (Stadtbibliothek), plus connue aujourd'hui sous le nom de Médiathèque du Pontiffroy (du nom du quartier où cet établissement a été édifié), elle doit au demi-siècle d'annexion l'existence, dans ses fonds patrimoniaux, de riches collections allemandes de livres et de périodiques qui en font, avec la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNUS), l'une des institutions de référence dans ce domaine en France.

DSC_1863

Dominique Ribeyre, conservateur en chef des Bibliothèques-Médiathèques de Metz, brossa un tableau très vivant et documenté de l'évolution de la bibliothèque messine entre 1870 et 1918, mettant l'accent sur la singularité de ses collections, qui font aujourd'hui l'objet d'actions prioritaires de numérisation et de préservation. - Ph. H.